>> PRESS / ddo n° 39/ Mars-Avril-Mai 2000/ rubrique Architecture - jeunes architectes "Chorégraphie lumineuse pou le Heizel" par Vincent Brunetta / FR

Chorégraphie lumineuse pour le Heizel

Si la jeune architecture flamande regorge de personnalités étonnantes, on peut difficilement tenir ce genre de propos en ce qui concerne la jeune architecture francophone belge. On peut même parler de désert à propos de la Wallonie (à de très rares exceptions près). Heureusement, un petit nombre d'équipes bruxelloises suscite quelque espoir. Parmi celles-ci: LAB_AU, fondée en 1995 par Manuel Abendroth, Naziha Mestaoui et Jérôme Decock, explore les domaines de convergence entre architecture, urbanisme et nouvelles technologies (infographie, interfaces, réseaux, etc.).

LAB_AU s'est très rapidement forgé un vocabulaire et des outils spécifiques qui se manifestent dans ce qu'il convient d'appeler une production boulimique: projets de concours, architecture, urbanisme, prototypes d'interfaces, environnements virtuels, scénographie, réflexion de fond, sites web. Le tout à un rythme effréné. Parmi leurs projets récents, "Lightscape(s)_displacement maps" un étourdissant projet de plan-lumière ou selon leur propre terme de "light-urbanism" pour le plateau du Heizel à Bruxelles est probablement le plus convainquant.

Heizel . Situé dans la partie nord de l'agglomération bruxelloise, le plateau du Heizel a accueilli les expositions universelles de 1935 et 1958. Le fameux "Atomium" (représenté sur les anciens billets de vingt francs belges) aujourd'hui dernier vestige de l'expo58, devait à l'origine être démonté tout de suite après la clôture de l'exposition. Constitué d'une structure et d'une peau métalliques, son avenir est aujourd'hui -faute d'entretien- incertain. L'ensemble du parc des expositions semble souffrir du même syndrome. Si chaque année, le Heizel reçoit plusieurs millions de visiteurs à l'occasion de foires commerciales et de grands évènements sportifs, il ne brille pas par son aménagement et son entretien. C'est ici qu'intervient notre trio de jeunes architectes. Répondant à l'invitation d'Electrabel-Sibelgaz, pour ce qui devait être un concours d'idées pour l'éclairage du seul stade du Heizel, LAB_AU comprend rapidement que l'enjeu dépasse et de loin cet éclairage ponctuel.

Lightscape(s)_displacement maps. Mettant à profit, d'une part leur exceptionnelle capacité d'analyse et d'autre part leur maîtrise des outils infographiques, les architectes proposent, au terme de deux semaines de travail intense (en collaboration avec Pieter Desmedt-Jans et Kim Pecheur), un projet de paysage lumineux à l'échelle de l'ensemble du plateau. Ce projet met l'accent sur des ambiances lumineuses variables en couleur et intensité. La lumière y est utilisée au-delà du rôle strictement fonctionnel et sécuritaire qu'on lui connaît actuellement: l'insupportable brouillard orange continu qui caractérise ce genre de site. Cette nouvelle géographie lumineuse constituée de points, lignes et surfaces permet aux architectes de souligner (ou de gommer) les aspects statiques du site mais également la dynamique induite par le déplacement des activités au cours de la journée ou de l'année. Une animation vidéo ainsi qu'un site internet interactif (1) rendent compte de cette étonnante chorégraphie lumineuse. La séquence vidéo présentée au public ainsi qu'aux responsables de l'aménagement du Heizel a semble-t-il marqué les esprits. Par contre, la réalisation même partielle n'est toujours pas à l'ordre du jour. Il est regrettable de voir de jeunes et talentueux architectes se "contenter" de prix et distinctions dans le climat médiocre (voire réactionnaire) qui caractérise actuellement l'aménagement du territoire à Bruxelles. Un item de plus à ajouter à la liste des occasions manquées...

Vincent BRUNETTA

(1) http://www.lab-au.com présente l'ensemble du travail de Naziha Mestaoui et LAB_AU, une section de ce site est consacrée au projet Lightscape(s).

 

http://www.insite.fr/ddo


© Naziha Mestaoui + LAB[au] 2000, droits de l'article Vincent Brunetta, ddo